Mon plaid Rams and Yowes, l’heure du steek…

Je vous avais présenté le plaid Rams and Yowes de Kate Davis avec les brebis et la béliers dans un post précédent, n’hésitez pas à relire ici (clic)

Le jacquard et ses 9 couleurs a été un vrai plaisir à tricoter. J’avais choisi Plötulopi et Einband tricotés ensemble en 4.5mm. Je l’ai beaucoup transporté et j’ai tricoté essentiellement lors de mes déplacements en province lorsque j’allais en stage tricot… c’est pour ça que ça n’a pas avancé très vite !

Le plaid se tricote en rond, c’est tellement plus facile pour le jacquard et aujourd’hui je vous montre comment on l’ouvre pour en faire un plaid.

Je vais essayer de ne pas être trop bavarde et laisser parler les images.

J’ai suivi les préconisations de Kate Davis, je sécurise au crochet en mailles serrées. On peut aussi sécuriser à la machine à coudre si on préfère (mais c’est inutile de faire les 2 !). J’ai opté pour Arwetta (une laine à chaussettes) et un crochet 3mm.

Point important: veiller à bien crocheter dans la première maille au départ et la dernière à la fin, ce sont les plus fragile .

Voilà à quoi ressemble mon futur plaid avant de l’ouvrir… sur l’endroit
et à l’envers (jacquard à fils flottants)

Maintenant on coupe !!!!! 
C’est effrayant mais en réalité c’est un jeu d’enfant, le plus important dans le travail c’est de suivre les explications concernant les “mailles de steek” au début du rang et de sécuriser avant de couper.  Et avec de la laine (pure laine non traitée superwash) vous ne risquez absolument rien. Je vous laisse regarder les images 😉

Et quand on arrive au bout on fait bien attention à ne pas couper le fil qui a servi à sécuriser (bordeaux sur la photo)

Voilà, je peux enfin prendre des mesures… il reste une large bordure à faire, mon plaid devrait mesurer 120×120 cm ce qui me convient parfaitement.

J’aime incroyablement ce projet, je le tricote quand j’ai envie, sans contrainte de délai… on me soupçonne de faire durer le plaisir et je vais sans doute prendre mon temps aussi pour faire la bordure !
En attendant on peut commencer à contempler et même écouter, ils sont tellement “vrais” qu’il est possible de les entendre 🙂

 

 

Etole Iceland Kieran Foley, nouveaux kits Hespa

Voilà un modèle qui mérite d’être tricoté avec LE fil le mieux adapté !

La laine islandaise s’impose étant donné le motif typique des jacquards islandais que Kieran Foley a choisi de reproduire en dentelle . Et avec la laine Hespa teinte à la main avec des plantes cela met encore davantage en valeur le modèle !

Précédemment je proposais des kits avec 3 écheveaux mais cela obligeait à tricoter en 3.75mm pour ne pas manquer de laine… et malgré cela plusieurs personnes ont fini trop juste ! j’ai donc décidé de collecter 4 écheveaux et ainsi vous pouvez tricoter en 4mm sans soucis.

Les explications (en français ou en anglais) sont en ligne sur ravelry (clic) et les kits sont ici http://www.triscote.fr/prestashop/228-iceland

Bon tricot !

La recette de mon col moelleux !

Voici mon col moelleux en Indiecita et Tilia que les stagiaires moebius ont pu apprécier l’an dernier… je partage la recette avec vous, vous pouvez faire un montage moebius et un rabattage icord à la fin, mais vous pouvez également faire col standard avec un montage classique.

 


Travailler avec les 2 fils ensemble Tilia et Indiecita et une aiguille 6mm (aig 100cm si vous choisissez un montage moebius). Une seule couleur Indiecita est utilisée pendant tout le travail pendant que le fil Tilia change de couleur tous les 4 rangs.

Monter 160m avec le fil Indiecita et une des deux couleurs Tilia .
Tricoter 3 rangs endroit , 3 rangs envers jusqu’à ce que le col mesure la hauteur désirée et en terminant par une section endroit.

Rabattre les mailles avec un i-cord.

Pour les changements de couleurs (ASTUCE IMPORTANTE c’est ça qui fait “tout”) : changer la couleur du fil Tilia tous les 4 rangs, c’est à dire ne pas changer de couleur et de sens du travail en même temps 😉

Je me suis rendue compte que je portais souvent ce col, il est léger et tellement doux, je m’emporte partout et je peux même faire un tour supplémentaire pour l’avoir tout près du cou si besoin, c’est ce qui m’a poussé à partager ces photos et cette petite recette !

indiecita 508 – Tilia 281 & 331
Indiecita 506 – Tilia 331 & 323
Indiecita 507 – Tilia 329 & 281
Indiecita 507 – Tilia 286 & 321

A vos aiguilles !

Exposition laine islandaise au Festival Les Boréales à Caen

Depuis plusieurs années je participe au Festival Les Boréales à Caen pour animer des ateliers tricot et cette année puisque c’est l’Islande qui est à l’honneur nous avons eu envie de faire quelque chose de plus autour de la laine.

Une petite exposition se tient au Vieux Saint Sauveur, quartier général du Festival depuis le 16 et jusqu’au vendredi 24 novembre.

     

Je remercie les organisateurs du festival de m’avoir fait confiance pour mettre en place ce petit coin laineux et Istex de m’avoir soutenue dans ce projet.

Le QG est ouvert tous les jours de 14h à 18h en semaine et à partir de 11h le vendredi et le week-end. N’hésitez pas à passer ! De mon côté, j’y retourne jeudi 23 (café tricot à 16h si ça vous tente) et vendredi 24 novembre.

Et si vous ne connaissez pas le Festival Les Boréales, c’est la 26ème édition, il est dédié aux pays de Nord scandinaves ou baltes et la programmation est très variée, rencontres littéraires, cinéma, musique, spectacle, ateliers, expositions… Retrouvez toute l’actualité du festival sur www.lesboreales.com

Rencontre avec Sigrún à la ferme Stórhóll

Lorsqu’on arrive à Stórhóll, la ferme de Sigrún juste à quelques kilomètres de Varmalhid dans le Nord de l’Islande, les vedettes ce sont les chèvres !

les chèvres de Stórhóll

 

Mais il y a plein d’autres animaux à Stórhóll et bien sûr des moutons. Lorsque j’ai rencontré Sigrún la première fois, c’était début juillet, quelques agneaux n’étaient pas sevrés et avaient perdus leur maman, il fallait encore les nourrir 3 fois par jours.

 

Sur place il y a une boutique d’artisanat Rúnalist, Sigrún propose par exemple des accessoires en peau de poisson, elle tricote et feutre la laine aussi, il est rare que je parle des souvenirs à rapporter d’Islande mais si vous êtes dans la région je vous recommande vraiment !

Vous pouvez en profiter pour manger une glace aussi (je recommande celle au gingembre ou à la pistache !).

Revenons à nos histoires de moutons… je suis retournée à Stórhóll au moment du rassemblement des moutons au mois de septembre et je ne suis pas revenue les mains vide. Les moutons sont tondus 2 fois dans l’année, au printemps et à l’automne en octobre. Je n’ai pas assisté à la tonte mais j’ai rapporté une partie de la toison d’un agneau ainsi que différentes couleurs de laine en “échantillon”.

toisons dans les différentes couleurs

La laine des moutons est achetée aux fermiers par la filature Istex mais la laine blanche et mieux valorisée que les autres couleurs… pourtant une des particularités appréciée des moutons islandais c’est la richesse de couleurs. Alors pourquoi ne pas proposer aux passionné(e)s de fibre directement de la toison lavée d’agneau (ou de mouton) ?

Le temps de laisser mûrir ce projet, je partage donc avec vous quelques images et si l’idée vous plait de pouvoir travailler de la fibre islandaise en provenance de la ferme de Stórhóll alors nous essaierons de nous organiser avec Sigrún pour le faire dans les meilleures conditions.

N’hésitez pas à me contacter pour me donner votre avis sur le projet. Je ne file pas moi-même , j’ai simplement rencontré quelques personnes qui me disent apprécier la fibre islandaise et qui aiment l’idée de pouvoir se procurer cette fibre avec une filière courte.

Edit 11 janvier 2018 : les toisons sont disponibles en ligne ici http://www.triscote.fr/prestashop/274-toison-mouton-islandais


J’emporte à Felletin la toison que j’ai rapportée, n’hésitez pas à passer la voir sur notre stand la semaine prochaine aux journées nationales de laine (du vendredi 27 au dimanche 29 octobre).