Mon plaid Rams and Yowes, l’heure du steek…

Je vous avais présenté le plaid Rams and Yowes de Kate Davis avec les brebis et la béliers dans un post précédent, n’hésitez pas à relire ici (clic)

Le jacquard et ses 9 couleurs a été un vrai plaisir à tricoter. J’avais choisi Plötulopi et Einband tricotés ensemble en 4.5mm. Je l’ai beaucoup transporté et j’ai tricoté essentiellement lors de mes déplacements en province lorsque j’allais en stage tricot… c’est pour ça que ça n’a pas avancé très vite !

Le plaid se tricote en rond, c’est tellement plus facile pour le jacquard et aujourd’hui je vous montre comment on l’ouvre pour en faire un plaid.

Je vais essayer de ne pas être trop bavarde et laisser parler les images.

J’ai suivi les préconisations de Kate Davis, je sécurise au crochet en mailles serrées. On peut aussi sécuriser à la machine à coudre si on préfère (mais c’est inutile de faire les 2 !). J’ai opté pour Arwetta (une laine à chaussettes) et un crochet 3mm.

Point important: veiller à bien crocheter dans la première maille au départ et la dernière à la fin, ce sont les plus fragile .

Voilà à quoi ressemble mon futur plaid avant de l’ouvrir… sur l’endroit
et à l’envers (jacquard à fils flottants)

Maintenant on coupe !!!!! 
C’est effrayant mais en réalité c’est un jeu d’enfant, le plus important dans le travail c’est de suivre les explications concernant les “mailles de steek” au début du rang et de sécuriser avant de couper.  Et avec de la laine (pure laine non traitée superwash) vous ne risquez absolument rien. Je vous laisse regarder les images 😉

Et quand on arrive au bout on fait bien attention à ne pas couper le fil qui a servi à sécuriser (bordeaux sur la photo)

Voilà, je peux enfin prendre des mesures… il reste une large bordure à faire, mon plaid devrait mesurer 120×120 cm ce qui me convient parfaitement.

J’aime incroyablement ce projet, je le tricote quand j’ai envie, sans contrainte de délai… on me soupçonne de faire durer le plaisir et je vais sans doute prendre mon temps aussi pour faire la bordure !
En attendant on peut commencer à contempler et même écouter, ils sont tellement “vrais” qu’il est possible de les entendre 🙂

 

Tricot Islandais en Bretagne, les photos du stage et les prochaines dates

Le week-end dernier avait lieu le 1er stage tricot Islandais chez Sibylle à Langrolay-sur-Rance tout près de Saint Malo.

Et oui, j’ai écrit 1er parce qu’autant vous le dire tout de suite, on est déjà prêt à remettre ça les 20 et 21 juin 2015 !!

Juste avant l’arrivée des 10 stagières surmotivées, voici l’atelier de scupture relooké en expo Lopapeysa et “salle de classe”. Plusieurs personnes sont venues de loin, les Vosges ou la Haute Saône, d’autres étaient quasiment voisines ou d’un peu plus loin en Bretagne ou Normandie. 

La journée de samedi était consacré à la réalisation d’un véritable pull islandais… en modèle réduit quand même ! On pourrait qualifiée l’ambiance de studieuse et décontractée.
Les petits pull étaient tous pratiquement terminés samedi soir, et j’ai été surprise de les voir revenir terminés le dimanche matin. Après une journée de tricot, la plupart des stagiaires ont aussi fait des devoirs à la maison le soir 😉 

Dimanche matin, on a sorti les machines à coudre… objectif Steek : couture, ciseaux et finitions.
Dimanche après midi nous avons abordé les questions d’échantillon, de mise à la taille et on a échangé des astuces sur différents sujets liés aux pull et gilet islandais.

 

Un excellent week-end, de jolies rencontres dans un lieu très adapté pour ce type d’événements et bien d’autres encore.

Si vous avez envie de vous initier à la scupture Sibylle saura vous proposer le programme qui vous convient ! (http://www.sibylle-besancon.fr/index.php/stages)

Quant à moi, j’y retourne donc en juin pour un nouveau stage tricot Islandais, le programme sera le même que pour ce stage de mars. Toutes les informations sont ici (clic clic) et les inscriptions sont ouvertes.

Gilet öld à capuche pour Julie

Julie a encore grandi, c’est bien normal à son âge… c’est l’occasion de remplacer son gilet préféré par un autre modèle.

Le nouveau devra être confortable et pratique, il devra ressembler au précédent tout en étant différent.

De mon côté j’ai ajouté le critère “pas trop salissant” car au départ la miss avait opté pour du blanc cassé !

Nous avons donc retenu le gilet öld bleu et j’ai ajouté une capuche. La taille XS correspond à ses mensurations. Avec la petit bordure “dentelle” au poignet il est plus féminin que ce qu’elle portait avant et avec la capuche cela reste très pratique.

Julie n’a pas seulement participé au choix des couleurs, c’est elle qui a coupé le gilet pour l’ouvrir.

Avant d’en arriver là, le gilet a été tricoté en rond comme un pull, avec juste 2 mailles centrales à l’envers pour bien voir le milieu. Le jacquard est simple sur le gilet öld et en tricotant toujours à l’endroit c’est encore plus simple et aussi plus régulier.

Ensuite un petit bain pour que les mailles se placent correctement et que la laine s’adoucisse un peu.

Une double couture à la machine de chaque côté des 2 mailles centrales pour sécuriser l’ouvrage

et après on coupe, c’est facile et sans risque car la laine a de longs poils qui accrochent bien et il n’y a aucun danger pour que les fils ne s’échappent

Ensuite une petite bordure au crochet (il y a d’autres solutions pour faire les finitions après le steek mais souvent je choisis celle-ci), et enfin la pose de la fermeture éclair à la main.

Le gilet est prêt pour les prochaines vacances, Julie part en Islande une semaine cet été, c’est son premier voyage… et quelque chose me dit qu’elle va pouvoir le porter en France aussi avant de partir car la météo est bien capricieuse ce mois de juin.

 

 

 

Stage lopapeysa

Mise à jour le 02/08/2013: Il ne reste plus qu’une place les lundi et une place les mardi pour le stage d’automne. De nouvelles dates sont proposées pour le début de l’hiver

 

trIScote vous propose un stage d’accompagnement pour tricoter un pull ou un cardigan islandais. Le stage Lopapeysa se déroulera en 3 sessions:
1- Débuter avec le tricot en rond – le jacquard à fil flottant – choix du projet (par exemple le gilet öld, un pull Afmaeli, un blouson Fugl ou Ranga, ou tout autre modèle).
2- Tricoter en rond sur un petit diamètre (pour les manches) – Comment réaliser l’assemblage du corps et des manches.
3- Le steek. Comment sécuriser son tricot avant de couper pour ouvrir un cardigan – Les finitions.

Un délai de 2 ou 3 semaines entre chaque session vous permettra d’avancer votre tricot et je pourrai répondre à vos questions lors de la session suivante.


Le stage se déroulera à l’Oisivethé à Paris. Voici le calendrier et les tarifs du stage :


Les préinscriptions sont déjà ouvertes, il est possible de s’inscrire soit à l’ensemble du stage, soit à l’une des sessions. Le nombre de places est limité à 8 personnes pour les session 2 et 3.

Si vous êtes intéressé(e)s pour vous même, ou pour offrir le stage à l’un de vos proche, n’hésitez pas à me contacter si vous avez besoin d’informations complémentaires : christine@triscote.fr

Cours de steek 25 février à l’Oisivethé

Petit compte rendu de notre après midi steek à l’Oisivethé en compagnie de Sabine, Carole, Alexandra, Sylvie, Claire, Sylvette, Amandine et Alison

Petite présentation du tricot Islandais et des différents fil, le temps de faire connaissance

 

Le blouson FUGL que j’avais terminé il y a quelques semaine attendait son coup de ciseau, nous en avons profité

 

Ensuite nous avons pris nos aiguilles…

On a tricoté, on a cousu et on a coupé !!!

Tout le monde est reparti rassuré à propos de cette technique, prêtes à la transposer sur une modèle grandeur nature. Sylvette ne tardera pas à mettre en pratique, elle a opté pour un gilet öld, le même que le mien en rouge 🙂

Le prochain cours de steek est prévu mardi 26 mars à 18h.

Un atelier découverte du tricot islandais est également programmé la veille, le 25 mars.

 

Merci à Aimee pour son accueil, le thé était délicieux et les cookies mmmmm !